Dans cette section :

Je suis un être humain

MYTHE : La présence des partenaires de soins essentiels est un plus, mais elle ne contribue pas à la qualité et à la sécurité des soins.

RÉALITÉ : De plus en plus de données probantes montrent que la présence de partenaires de soins essentiels améliore la sécurité, la qualité des soins et l’expérience des patients, tout en réduisant les réadmissions à l’hôpital[1] ainsi que le stress et l’anxiété des patients, des partenaires et du personnel[2-5].

Souffrant d’une maladie chronique douloureuse, Serena a besoin de soins d’urgence. Elle raconte ici ce qu’elle a vécu en se présentant seule aux services d’urgence.


JE SUIS UN ÊTRE HUMAIN

Je suis un être humain

Je vis avec la douleur tous les jours de l’année

Le diagnostic est tombé à ma naissance, mes parents ont été dévastés

J’allais souffrir pour le reste de mon existence

L’hôpital SickKids est devenu mon deuxième chez-moi durant l’enfance

Et

L’hôpital Scarborough Grace, deuxième chez-moi à l’âge adulte, m’a sauvée… Pourquoi?

Un protocole, c’est cela

Ma douleur est si réelle, et le protocole a joué en ma faveur

Intraveineuse, oxygène, antidouleur

Intraveineuse, oxygène, antidouleur : ça a l’air simple et pourtant

Si difficile d’obtenir les soins de base maintenant

Oh attendez, c’est parce que je ne suis pas bien habillée? Je n’ai pas bonne mine à 4 h du matin?

… Désolée, laissez-moi brosser ma tignasse un brin

Je m’excuse d’avoir l’air de sortir du lit

… Je ne veux pas être ici, mais la douleur est si vive

Le stress, l’anxiété… je suis là parce que j’ai besoin d’aide… je vous en prie…

Allez-vous m’aider? Ça fait des heures que j’attends ici

« Très étrange, on ne dirait pas que vous avez mal… » C’est parce que j’y suis habituée

Mais pas à cette intensité

… Il n’y a pas de ruse ici, je ne suis pas une junkie, promis…

Y a-t-il un protocole? Pouvez-vous m’aider? Ma liste de médicaments est dans vos dossiers

Ce serait bien de voir un changement après 48 ans ou même après 111 ans

Oui, c’est mon copain qui m’a amenée ici…

Mais il ne pouvait pas supporter de me voir souffrir autant

Alors je suis toute seule maintenant

À me débrouiller, à espérer que l’on comprenne

Au bureau, toujours la même rengaine

J’espère qu’on comprendra cette fois… Je ne veux pas perdre un autre emploi

J’aurai un échec à l’école parce que c’est l’heure de remise tantôt

Je ne veux pas recommencer la session à zéro

Oh non! Je dois payer le loyer la semaine prochaine, et mes finances ont plombé

Je ne peux pas rester ici, je dois retourner bosser

La garderie ne comprendra jamais, mais il faut que ma fille y aille

Appeler ma sœur pour de l’aide, mais elle travaille

Je me sens seule… et sans contrôle

Il vaut peut-être mieux parler à un travailleur social

Tout ce que nous voulons, c’est l’empathie

Les préjugés – conscients ou non – sont bien réels, mais…

Je suis un être humain

  1. S. Department of Health & Human Services. New HHS Data Shows Major Strides Made in Patient Safety, Leading to Improved Care and Savings, 2014. Sur Internet : https://innovation.cms.gov/files/re­ports/patient-safety-results.pdf.
  2. Belanger, M. A., et S. Reed. « A rural community hospital’s experience with family witnessed resuscitation », Journal of Emergency Nursing (publication officielle de l’Emergency Nurses Association), 1997, vol. 23, no3, p. 238-239.
  3. Helmer, S. D., et coll. « Family Presence during Trauma Resuscitation: A Survey of AAST and ENA Members », Journal of Trauma and Acute Care Surgery, 2000, vol. 48, no6, p. 1015-1024.
  4. McClenathan, capt B. M., et coll. « Family member presence during cardiopulmonary resuscitation: a survey of US and international critical care professionals », Chest, 2002, vol. 122, no6, p. 2204-2211.
  5. Davidson, J. E., et coll. « Clinical practice guidelines for support of the family in the patient-centered intensive care unit: American College of Critical Care Medicine Task Force 2004-2005 », Critical Care Medicine, 2007, vol. 35, no2, p. 605-622.